Violence homophobe dans la zone de police HAZODI (hasselt)

(transcritpion du témoignage de la victime)

Un homme de St.-Trond, Tim Hermans (33 ans) a déposé plainte au comité P contre un agent de la zone de  police HAZODI. “Quand l’homme m’a enfermé au cachot, j’ai reçu un coup de poing dans mon visage” raconte Tim, qui est incapacité de travail pour encore une semaine au minimum.
“A cause de ce coup j’ai volé quelque mètres en arrière. La, ils m’ont emprisonné avec deux dents cassées et un genou blessé. J’ai craché le reste de mes dents cassées dans la toilette.
La police de Hasselt a formellement nié qu’un agent ait utilisé la violence.
Tim a été arrêté par la police de Hasselt suite à une intervention pour suspicion de vandalisme au café gay de Miss Bambi à Hasselt. Tim et son copain sont sortis pour fumer une cigarette lorsqu’ils se sont retrouvés « enfermés » dehors avec leurs boissons. Afin d’attirer l’attention du barman sur le fait qu’il laissaient leur verre sur la terrasse, il a toqué à le fenêtre. La fenêtre s’est effondrée.
(détail technique: une fenetre a double vitrage a un espace sous vide entre les deux vitres. Lorsqu’une fenetre comme celle-là se casse, ce vide cause une petite « explosion » qui détruit les vitres des deux cotés. Or, dans ce cas-ci, seul une vitre s’est brisée ce qui indique qu’elle était déjà abimée. Il faut encore ajouter que briser une fenetre à double vitrage demande une force considérable qui laisse inévitablement des traces sur la main en question, ce qui n’est pas le cas ici.)
Une patrouille de police de la zone HAZODI a arrêté le couple et les a emmenés au commissariat.
Tim a été trainé au cachot, et est poussé dans la cellule avec un coup puissant entre les épaules. Il se retourne pour protester contre cette violence inutile du policier. Celui-ci le frappe au visage, le catapultant en arrière contre la parois de la cellule se brisant les dents avant. Le policier ajoutera encore un coup de  bottines contre le genoux en ajoutant « sale PD ». Tim n’est pas un petit homme, les coups ont donc du être brutaux.
Il demande alors à voir un médecin pour le soigner, demande qui est refusée par les agents ainsi que celle d’un avocat. Ce dernier refus étant complètement contradictoire les droits de Tim en vertu de la nouvelle loi Salduz. Sans soins ni anti douleurs ni contact avec son avocat, Tim restera enfermé seul pendant 7h. Ceux d’entre nous qui ont déjà eu une dent brisée savent quels douleur les nerfs mis à nu peuvent causer. Il semble donc raisonnable de parler de maltraitante physique et psychique dans ce cas.
7 heures plus tard Tim peut disposer et quitter le commissariat. Le PV ne fait pas mention des faits clairement homophobes survenus en cellule. Un médecin a constaté la maltraitante et l’incapacité de travail qui s’en est suivi. Tim a des difficultés à marcher, parler et manger.
Depuis il a surtout dormi. Il est angoissé à l’idée de se promener encore en public avec son petit ami puisque même la police ne semble pas tolérer qu’on soit ouvertement homosexuel. Il crains donc les réactions et a perdu toute confiance en la police. Il lui a fallu plusieurs jours pour vaincre sa peur et parler de cette histoire autour de lui.
La police a complètement dépassé les bornes. Ce n’est pas a eux de faire les lois, il ne sont pas libres de se comporter n’importe comment. Il doivent en principe être formés à minimiser l’utilisation de la violence et à respecter les droits de tous sans poser des actes qui causent des réactions. Tim est par ailleurs connu comme une personne douce, jamais violente et qui s’énerve pratiquement jamais.
La police de la zone HAZODI est par contre connue comme agressive, sans trop s’encombrer de la loi. je fais notamment référence à la violence utilisée lors de l’évacuation des squats tels que la villa ‘krakelbont’ au début de l’année  ainsi qu’au différents scandales dans lesquels ce corps est empêtré.

 

http://www.hbvl.be/limburg/sint-truiden/tanden-kwijt-na-vuistslag-agent.aspx

 

Tags: No tags

Comments are closed.